5

Episode 5. Pourquoi je suis à la fois l’artisan et l’architecte de mon métier…

Qu’est-ce qui me rend unique ?

Je me souviens encore de ma prof d’Espagnol en 4eme, qui disait : “la curiosité est un vilain défaut”… et bien en tant que slasheuse, je prône le contraire. J’appelle ça être transversale, agile. Être curieux ne rime pas nécessairement avec malveillant. 

C’est plutôt une soif accrue de connaissance, un besoin de compréhension des systèmes, une adaptation à son environnement, ses intervenants, ses protagonistes. 

Tout ceci m’a amené à avoir de multiples cordes à mon arc, j’en partage quelqu’unes ici :

Mes résultats ADN ? ¼ Anglaise, ¼ Française, ¼ Corse et ¼ Irlandaise. Attention mélange explosif !

Comment vous dire que ma lecture du monde est multi-prismes, j’adapte en fonction des vertus que je cherche. J’ai une capacité à prendre le bon et laisser le mauvais.

Local, national, international ? Pourquoi pas tout ça à la fois.

De par mon parcours, mes centres d’intérêts, je navigue entre Marseille, Paris, Barcelone et Londres. Je m’inspire. Je prends le poul. J’observe. J’élargis la liste de mes connaissances et de mes compétences.

Entrepreneure. Équipe ou pas ?  Et si on travaillait ensemble !

C’est le propre de ce que l’on appelle l’intelligence collective. Avoir un apport, un mélange de différents individus, d’idées pour enrichir et envisager les solutions et options. Une approche multipass qui guide mes choix et opportunités de collaborations avec des partenaires comme Idea360 et 50A que je connais depuis 10 ans déjà. Et plus récemment avec Imfusio qui a partagé avec moi méthodologies et vision qui se complètent pour “remettre de l’humain au sein des organisations”

Mon ingrédient magique: le Wabi Sabi! 

Kesako? Une recette, non. Une philosophie japonaise: l’art d’admirer l’imperfection. Je m’explique:

Que ce soit pour une entreprise ou un individu nous allons souvent chercher à identifier les points suivants Opportunités, menaces, forces, faiblesses. (Pour ce qui connaisse vous l’aurez reconnu c’est le SWOT). Je vous propose d’utiliser le mot fragilité plutôt que faiblesse. Par ce prisme on évite de sous-tendre un jugement de valeur et donne le droit à l’essai. La notion de faiblesse donne envie de dissimuler, de rendre tabou. Tandis que le mot fragilité laisse envisager une progression, qui tend vers l’enrichissement, il devient une très grande force, la singularité même d’une personne ou d’une entreprise, son ADN . 

La porcelaine n’est elle pas fragile? C’est pourtant la signature de son excellence et élégance. Vous êtes gaucher ? Vous serez Nadal, vous craignez de devenir malentendant ? Écoutez Beethoven qui l’était aussi …

Ma potion magique:

Pour moi, cette force réside dans ma capacité à savoir identifier les fragilités, les sublimer et les faire accepter sans complexe. Nous sommes uniques (#weareenough). Un collectif est composé de personnes uniques et singulières qui en sont le terreau de la performance et de l’innovation.

Tout ce panel d’intuitions, compétences, connaissances, apprentissages avait besoin d’un cadre pour les mettre à profit.

Un cadre clair, et même lumineux.

Je m’attache particulièrement à la notion de clarté. Il est fondamental de bien comprendre un message, une idée, un contexte de façon juste et précise, évidente même. A partir de là nous pouvons parler de transition, de transformation, élaborer des stratégies. 

Pour parvenir à tout ceci, il faut avant tout savoir écouter, regarder, comprendre: autant le terrain que les individus… et ça je le réapprend quotidiennement…

The last but not the Least: Episode 6. Pourquoi Marseille? Les échos d’un territoire

Mes Réseaux Sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *